Faksimile

Text

box 41/5
1. Miscellaneeus
101
GUERRA ALLA GUERRAT
PIÜ ALTO DEL, FRAGORE DELLE ARMI..
Ce serd fonjonrs un devoir confra¬
#ternei de contrihner, tontes des Jois
qute nons de pourrons, d kont acte anf
montre an mitten de ia demence des
nations en lutte, Punike persistante
de in Peusee Memeine et Punion Se¬
crete de ses meitteurs repeesentants.
ROMAIN ROLLAND.
I'n illustre romanziere wennese — Arthur Schnitzeler — ha
indirizzato ad un illustre serisere francese = Romain Rolland —
la seguente nobile protesta piebblicata nel o#enat de Geneve del
21 dicembre.
*Papprends indirectement par des amis russes qu’on a publie
dans des journanx de T’étesbourg de soit-disant propos de mol
sur Tolstel, Macterlinck, Anatole France st Shakespeare. IIs sont
d’une absurdité si fantostique qu'aueun homme qui me connalt
n'y ajenterai foi, en temps ordinaire; mais dans un monde Cgaré,
comme celui d’aujourd’hul, par D’excès de la haine et par la fre¬
nesie du mensenge, ils pourraient ne pas seinbler invraisemblables
meme à des gens non dépourvus de jugement. De tels essais
d’excitation, entrepris loin par derriere le front des armées qui
combattent loyalemient, sous le couvert d’une presse irresponsable,
par les marandeurs du patriotisme, sont une des caractéristiques,
et peut-etre la plus repugnante, de cette guerre. Meme le plus ri¬
dieule de ces essais peurrait, s’il réussit, rendre tres ditlicile à
ceux qui en sont victimes de dissiper plus tard le malentendu.
C’est pourquoi ce serait une faute, si je négligenis ceux-ci, à cause
de leur stupidité.
* La teneut exacte des propos qui me sont attribucs ne m’est
pas encore connue; mais leur sens et leur publication ne sont pas
doutenx. Et pelisque, dans les circonstances présentes il peut se
passer beaucoup de temps avant que j'entre en possesion de T'ar¬
#ticle original, je dois me limiter provisoirement à cette déclaration
que des propos du genre de ceux qui m’ont été publiquement at¬
tribues n’ont jamais été prononcés par moi, et n’auraient jamais
pu l’etre, à aucur moment si er temps de paix, ni en temps d.
guerre, vu ma façon de peuser.